« Les Sanctuaires mariaux sont comme la maison de la Mère, des étapes de pause et de repos sur la longue route qui porte au Christ. Ce sont des creusets, où, grace à la foi simple et humble des pauvres en esprit, on reprend contact avec les grandes richesses que le Christ a confiées à l’Eglise. » (Benoît XVI)
Les lieux de prière mariale sont le merveilleux témoignage de la miséricorde de Dieu,
qui parvient à l’homme par l’intercession de Marie” (Jean-Paul II)
Le pèlerin qui entre dans la chapelle du Sanctuaire de Domois découvre au fond du chœur une statue polychrome qui semble l'inviter à avancer avec confiance. C'est la Vierge en majesté. Assise sur une cathèdre, elle porte l'Enfant Jésus sur le genou gauche, tandis que sa main droite tient un sceptre terminé par une petite sphère. L'œuvre est rustique mais belle. Elle dégage même une certaine sérénité. Les spécialistes estiment qu'elle remonterait au début du XIIIème siècle comme l'atteste sa facture moyenâgeuse.
 
De l'ancienne chapelle – disparue dans la tourmente révolutionnaire – qui abritait la précieuse statue de la Vierge, l'histoire nous a laissé bien peu de chose, pas même la date de sa construction. Un document de 1478 évoque simplement l'existence de cette chapelle, en tant qu'annexe de l'église de Fénay.
 
Lors de la démolition de la chapelle en mai 1791, la statue fut donnée indûment à l'église de Fénay. Malgré les protestations des habitants de Domois, elle trouva place au-dessus du banc des chantres avant d'être reléguée dans le clocher. Lorsqu'éclata la guerre de 1870, les femmes de Fénay demandèrent que l'antique Madone, à laquelle on attribuait quelques guérisons miraculeuses, fût remise en bonne place pour être honorée et priée. Leur ferveur devait trouver sa récompense : sur les 49 mobilisés de Fénay, tous revinrent au pays.
 
Une quinzaine d'années plus tard, lorsque le Père Chanlon fonda l'orphelinat, il eut à cœur de faire revenir la Vierge à Domois et relança le pèlerinage, chaque premier dimanche de mai. La reprise des pèlerinages, à partir du 6 mai 1888, connut un grand succès. Cette heureuse tradition permet aujourd’hui encore de fêter la Vierge Marie, d’honorer sa maternité  et de se confier à son intercession.
 
Le Recteur : Père Claude-Marie Millet
 
LE SANCTUAIRE
Le sanctuaire Notre-Dame de Domois
Fraternité Sitio